Psycom 75

Informer pour mieux soigner
 
Dernière mise à jour :
18 octobre 2005

visiteurs depuis le 17 octobre 2005
Aide urgente pour un problème de santé mentale, cliquez ici.

 

  Campagne nationale en faveur de la santé mentale

Depuis le 15 juin 2005, une campagne d’affichage se décline en France. Elle sera accompagnée d’actions relais concrètes, menées par les 4 partenaires au sein des régions et départements français.

Retrouvez le dossier de presse de cette campagne en cliquant ici.

 

    Qu'est ce que le Psycom75 ?
Le Psycom 75 est un Syndicat Interhospitalier qui regroupe les 4 Établissements Publics de Santé Mentale du Département de Paris (Sainte-Anne, Esquirol, Maison Blanche, Perray Vaucluse) et l’Association de Santé Mentale du 13ème arrondissement, afin de mettre en œuvre une politique de communication externe en matière de santé mentale. Son objectif est de mieux faire connaître la réalité des maladies et le dispositif de soins offert par le service public : « Informer pour mieux soigner ».
Par les campagnes d’information qu’il mène depuis 12 ans le Psycom 75 a permis de faire évoluer les perceptions et l’image des maladies mentales.

SES MISSSIONS :

• assurer la réalisation et le suivi d’un programme pluriannuel de communication concernant la maladie mentale et le dispositif public de soins spécialisés
• offrir un conseil, promouvoir et réaliser des activités connexes de communication externe, propres aux cinq établissements membres

Le Psycom75 travaille en relation étroite avec les associations d’usagers et de famille de patients. Ce qui va dans le sens des nouvelles orientations en matière de participation des usagers au système de santé et répons à la volonté des pouvoirs publics et des professionnels de la psychiatrie de lutter contre la stigmatisation personnes souffrant de troubles mentaux.

SON FONCTIONNEMENT :

Le Psycom75 est placé sous la tutelle du Préfet de Paris. Il est géré par un conseil d’administration composé de représentants de chacun des établissements membres et par un secrétaire général, nommé par le ministre chargé de la santé, après avis du président du Conseil d’administration.

Son budget, financé par les établissements adhérents, est arrêté par son conseil d’administration.

Président du Conseil d’administration du Psycom75 : Alain MORELL, Président du conseil d’administration du Groupe public de santé Perray-Vaucluse, Conseiller de Paris.
Secrétaire général : Jean-Luc CHASSANIOL, Directeur du Centre hospitalier Ste Anne
Coordination éditoriale : Aude CARIA

 

    Mieux informer sur les troubles mentaux
D’après l’OMS, une personne sur quatre présente un ou plusieurs troubles mentaux ou du comportement au cours de sa vie, quel que soit le pays considéré.
Il faut savoir qu’en France, un quart des patients qui consultent un médecin généraliste présente une souffrance en relation avec un problème de santé mentale (troubles du sommeil, anxiété, dépression, alcoolisme…).
Or, la représentation sociale des troubles mentaux repose encore presque exclusivement sur la dangerosité, comme en témoigne la récente enquête de l’OMS, selon laquelle les termes « fou » et « malade mental » renvoient dans notre pays aux mots « dangereux », « transgression », « incurabilité », « inconscience », « irresponsabilité », ou « exclusion ».

La psychiatrie est une discipline médicale complexe, peu connue, qui fait peur et qui souffre globalement d’un déficit majeur de communication. Les professionnels utilisent souvent un vocabulaire inaccessible au grand public. La maladie elle-même s’exprime le plus souvent par la rupture avec la réalité et le lien social.
Les conséquences de cette image négative sont pénalisantes pour l’évolution des prises en charge :
• L’accès aux soins s’en trouve retardé.
• Les politiques alternatives à l’hospitalisation et visant à la réinsertion sont souvent difficiles à mener, car mal perçues le voisinage, etc.

Sans citer ici l’ensemble des résultats d‘une étude (étude PSYCOM 75 / GMV - 1993) qui a concernée plus de 1 000 personnes, notons que 75 % des médecins libéraux considèrent que le fait d’hospitaliser en psychiatrie est synonyme d’impossibilité à continuer de suivre le patient. L’ensemble des médecins généralistes et des assistantes sociales s’accordent à dire que le poids des maladies mentales dans leur pratique est important (60 à 75 %) et va en s’alourdissant. Seul 25 % des médecins connaissent le dispositif de psychiatrie publique à proximité de leur cabinet. La majorité d’entre eux, près de 80 %, considèrent que les « ponts sont coupés » entre leur pratique et celle des institutions…
Dans l’opinion publique, si l’on note qu’il n’existe pas un réel rejet des maladies mentales, elles n’apparaissent pas comme une « grande cause » malgré le nombre important de patients qu’elles concernent.
D’une manière générale, il est apparu de façon lancinante combien le manque d’information est cruellement ressenti dans un système jugé complexe et trop replié sur lui-même.

La diffusion de dépliants sur les maladies et leurs traitements auprès du grand public, des patients et de leurs familles et des professionnels de santé, contribue à chasser les idées reçues, en apportant une information claire et accessible.

 

    Un guide de la psychiatrie publique à Paris

Depuis 1994, le Psycom75 publie régulièrement un Guide de la psychiatrie publique à Paris, à destination des hôpitaux adhérents (médecins, secrétariats médicaux), des médecins généralistes et psychiatres libéraux travaillant à Paris, mais également des autorités de tutelles et des divers partenaires du champ public et associatif parisiens.

Cet ouvrage est conçu comme un annuaire permettant de connaître rapidement, selon les différentes entrées (lieu d’habitation, type de structure de soins…) l’intégralité des structures publiques contribuant au service public de psychiatrie à Paris.

Il apporte aussi des précisions sur la législation en matière d’hospitalisation et propose des modèles de courriers relatifs à l’hospitalisation à la demande d’un tiers et de certificat médical.
Le guide est accessible en ligne sur ce site, accompagné d’un moteur de recherche par nom de rue. Il est également disponible sur Minitel 3615 code PSYCOM 75. Il est disponible sur simple fax au 01 45 65 89 86.

Une nouvelle version du Guide sera disponible fin 2005.

 

    Des plaquettes d'information

Le Psycom 75 édite des plaquettes d’information sur les maladies mentales et leurs soins, à l’intention des patients et de leur famille et du grand public.

Il existe 6 collections (en cours de développement), contenant chacune plusieurs plaquettes :

  1. Droits et devoirs des usagers

  2. - Protection juridique des majeurs

  3. Organisation des soins psychiatriques

  4. - Urgences psychiatriques,
    - Réseau Psychiatrie et précarité
    - Aide psychologique pour les personnes atteintes par le VIH ou le VHC à Paris.
    - L'accueil et les consultations pour enfants et adolescents à Paris.

  5. Les troubles psychiques

  6. (en cours)

  7. Les psychothérapies

  8. - Les psychothérapies
    - La thérapie comportementale et cognitive

  9. Les traitements médicamenteux

  10. - les traitements médicamenteux des troubles psychiques

  11. Recherche et innovations en santé mentale

  12. (en cours)

Les plaquettes sont diffusées dans chacun des établissements psychiatriques concourant au Psycom75 et dans les cabinets médicaux des médecins généralistes de Paris.

Elles sont disponibles en ligne sur ce site rubrique « Publications » ou par demande par fax au 01 45 65 89 86.

 

    Des rencontres
En ce qui concerne les relations avec nos partenaires de ville, les médecins généralistes déclarent le plus souvent que les « ponts sont coupés ». Certes, l’évolution du dispositif de soins en santé mentale au cours de ces dix dernières années a été considérable, le travail dans la cité s’est accru. Mais c’est un mouvement qui a surtout concerné les structures de soins, en ignorant trop l’élaboration nécessaire du réseau et du partenariat.

Le travail dans la cité doit être surtout un travail dans la communauté au risque de n’être que le simple transfert, en dehors de l’hôpital, de pratiques asilaires. Il est donc prioritaire que la relation entre les professionnels de la psychiatrie et les médecins généralistes soit toujours recherchée, privilégiée, de même que des liens forts soient maintenus avec le travail social de ville.

Les années 1994 et 1995 ont permis de faire un pas de plus et de renforcer l’ouverture de la psychiatrie publique en lançant une série de rencontres, en collaboration avec les mairies d’arrondissements de Paris vers les médecins généralistes et les services sociaux de la capitale.

Le Psycom 75 a organisé pour la Direction Générale de la Santé et l’Inspection Générale des Affaires Sociales, une journée de communication sur les travaux du groupe d’évaluation de la loi de 1990 sur l’hospitalisation en psychiatrie.

Une journée thématique « Le partage de l'information médicale en santé mentale » a été organisée en janvier 2003, en partenariat avec la Marie de Paris. Cette rencontre a donné lieu à un numéro du journal Paris Psy, consultable sur ce site.

S’il est difficile, au bout de plusieurs années de ce travail de communication externe, d’en quantifier précisément les effets, il apparaît dès maintenant que des contacts positifs ont été noués avec des représentants de la presse pour valider les informations sur la psychiatrie et pour obtenir une meilleure qualité de l’information en évitant la recherche systématique du sensationnel.

 

    Le journal ParisPsy
Afin de poursuivre cette politique d’information et de sensibilisation, un journal trimestriel comportant des informations générales sur la santé mentale, des interviews de psychiatres publics, mais également de médecins libéraux, sur des cas cliniques, à été publié de façon à ouvrir un dialogue couvrant l’ensemble des problèmes auxquels sont confrontés tous ceux qui sont mis en présence de la maladie mentale.

Les différents numéros du Journal Paris Psy sont disponibles en ligne sur ce site rubrique « Publications ».

 

    Références bibliographiques

Rapport Mondial sur la santé mentale dans le monde, 2001, consultable sur le site http://www.who.int

« La santé mentale en population générale : images et réalités » in Etudes et résultats n°116, mai 2001, Direction de la recherche, des études et de l’évaluation en santé, Ministère de la santé (consultable sur le site http://www.sante.gouv.fr)

« Troubles mentaux et représentations de la santé mentale : premiers résultats de l'enquête Santé mentale en population générale », Ministère de la santé, DREES, Études et Résultats, n° 347, octobre 2004 (consultable sur le site http://www.sante.gouv.fr).

« Les secteurs de psychiatrie générale en 2000 : évolution et disparités », Ministère de la santé, DREES, Études et Résultats, n° 342, octobre 2004 (consultable sur le site http://www.sante.gouv.fr).

« Les secteurs de psychiatrie infanto-juvénile en 2000 : évolutions et disparités », DREES, Études et Résultats, n° 341, septembre 2004 (consultable sur le site http://www.sante.gouv.fr).