Vous êtes dans : Accueil > Espace Presse > Santé mentale de A à Z > Psychologie communautaire

Psychologie communautaire

Qu’est-ce que la psychologie communautaire ?

La psychologie communautaire est une discipline dont l’intérêt porte sur les actions « communautaires », leurs processus et leur implantation. Reposant sur des valeurs autant que sur des modèles de recherche et d’action, elle développe des paradigmes permettant d'appréhender l'individu dans son environnement, la communauté de manière écologique et la société de manière critique. (T.Saïas, 2009)
Ayant émergé à différentes époques selon le contexte culturel (Dugravier, Legge et Milliex, 2009 ; Loreto Martinez, Jaramillo, Santelices et Krause, 2009 ; Marcoux, Holly et Culley, 2009) sa présence résulte toujours d’une motivation des psychologues à développer des modèles de pratiques dépassant la contemplation ou le soin, et à s’investir dans un processus équitaire pour les populations les plus vulnérables. Ainsi, pour Burton et collaborateurs, "la psychologie communautaire offre un cadre permettant d'agir auprès des individus exclus, en agissant sur le développement social et en mettant l'accent sur les valeurs de l'intervention communautaire, sur le travail participatif et sur la création d'alliances. […] La psychologie communautaire constitue une manière de travailler pragmatique, qui n'est pas soumise à une quelconque idéologie théorique" (Burton, Boyle, Harris et Kagan, 2007)

La spécificité de la psychologie communautaire, comme discipline psychologique, est de promouvoir l’usage des modèles reconnus en psychologie dans l’étude des phénomènes communautaires.

Que recouvre ce concept de « communautaire » ?

L’association française de psychologie communautaire, en 2011, a élaboré une définition de référence, s’appuyant sur les nombreuses publications en promotion de la santé, santé communautaire et travail social. Le cadre conceptuel ayant été retenu est de qualifier une action de « communautaire » si elle :

  • promeut la justice sociale,
  • se fixe comme objectif l’empowerment d’une communauté, d’individus,
  • s’appuie sur la collaboration des personnes concernées,
  • adopte une perspective écologique,
  • repose sur la solidarité et le principe de subsidiarité.

Rédaction :

Thomas Saïas. Synthèse à partir de Le cadre conceptuel de la psychologie communautaire. In Saïas, T. (ed) Introduction à la psychologie communautaire. Paris : Dunod. (2012)

Bibliographie utile

  • Basaglia, F. (1968). L'istituzione negata. Torino, Einaudi.
  • Bourgeois, L. (1896). Solidarité. Paris, Colin.
  • Castel, R. (1981). La gestion des risques. Paris, Les éditions de minuit
  • De Robertis, C., M. Orsoni, et al. (2008). L'intervention sociale d'intérêt collectif : de la personne au territoire. Rennes, Les presses de l'EHESP
  • Dufort, F. et J. Guay (2001). Agir au coeur des communautés. Québec, Presses de l'Université Laval.
  • Organisation Mondiale de la Santé (1986). "Charte d’Ottawa pour la promotion de la santé."
  • Rapport, J. and E. Seidman (2000). Handbook of Community Psychology. New York, Kluwer Academic / Plenum
  • Rawls, J. (1971). A theory of justice. Harvard, HUP.
  • Saias, T., Ed. (2009). La psychologie communautaire. Pratiques Psychologiques, 15

Sources

  1. Saïas, T., Premiers pas de la psychologie communautaire en France. Pratiques Psychologiques, 2009. 15(1): p. 3-5.
  2. Marcoux, I., A. Holly, and M. Culley, La psychologie communautaire en Amérique du Nord : historiques et applications. Pratiques Psychologiques, 2009. 15(1): p. 17-27.
  3. Dugravier, R., A. Legge, and M. Milliex, Les bases du développement de la psychologie communautaire en Europe. Pratiques Psychologiques, 2009. 15(1): p. 39-47.
  4. Loreto Martinez, M., et al., Psychologie communautaire en Amérique latine : trajectoire historique et enjeux actuels. Pratiques Psychologiques, 2009. 15(1): p. 29-38.
  5. Burton, M., et al., Community psychology in Britain, in International community psychology, S. Reich, et al., Editors. 2007, Springer: New York. p. 219-237.