6èmes Journées Scientifiques
 
retour
Argument

Traverser les frontières, que ce soit dans l'histoire de la psychiatrie ou à l'intérieur de la folie a toujours été un mouvement qui nous concerne en tant que soignant. Pour pouvoir accueillir chacun dans son altérité, il est fondamental de respecter l'autre dans son identité propre et les limites de chacun.

La politique de secteur mise en place il y a 40 ans a radicalement changé les pratiques cliniques.
On parle actuellement de "passage de la psychiatrie à la santé mentale".
Quelles nouvelles perspectives offre-il ?
Change t-il la nature et la fonction du travail psychiatrique ?
Si la psychiatrie "doit" s'articuler, dans un esprit d'ouverture, à des champs connexes (médecine, justice, social), les frontières de ses interventions s'estompent-elles pour autant ?


On assiste également à un certain nombre de dérives ; logiques économiques implacables, passage présumé à la désinstitutionnalisation, glissements sémantiques…
Le champ psychiatrique se délite t-il ?
L'objet primaire de la tâche a-t-il été perdu ?
Comment aborder la question des limites et de l'épuisement des soignants ?


Pourtant les équipes psychiatriques, fortes de leurs expériences et de leur savoir-faire sont capables de soutenir leurs pratiques avec détermination et talent. Elles sont aussi capables de s'interroger de façon citoyenne sur l'adéquation de leurs pratiques aux évolutions économiques et culturelles .
Tout dialogue, à quelque niveau que ce soit, exige d'abord de s'entendre sur le sens des mots. La confusion naît de la perte du consensus des définitions.
C'est en rendant la parole aux équipes d'Esquirol et à la pratique de terrain que nous tenterons de les re-définir.